Théâtre du Bic

Nouvelles


[20 octobre 2014]

Auditions en cours pour le Théâtre les gens d'en bas


[16 octobre 2014]

Après 25 ans, on veut agrandir!

Comme vous le savez peut-être, le Théâtre les gens d’en bas a été fondé en 1973, par une bande d’utopistes qui croyaient qu’il était possible d’opérer un théâtre professionnel, solidement ancré dans son milieu et rayonnant à la grandeur du pays. L’histoire leur a donné raison. Depuis, le Théâtre les gens d’en bas a mérité de nombreux prix et reconnaissances. En tant que producteur et diffuseur, le Théâtre les gens d’en bas/Théâtre du Bic est une référence au Canada.

Grâce à une association avec la Municipalité du Bic et une subvention du ministère des Affaires culturelles du Québec en 1988, le Théâtre les gens d’en bas fut en mesure de réaliser la rénovation d’une grange située dans le Parc du Bic pour en faire le Théâtre du Bic, pour la modique somme de 625 000 $.

Si, en 1988, le théâtre était objectivement problématique quant à une pratique professionnelle, 25 ans plus tard, il est grandement déficient. Les activités du Théâtre les gens d’en bas se sont multipliées et diversifiées, l’équipe s’est agrandie et les besoins se sont accrus. Il faut obligatoirement penser à un réaménagement des lieux et à un agrandissement de la bâtisse. Il faut revoir l’isolation de la toiture, changer les portes et fenêtres, refaire le recouvrement extérieur, rénover la scène et les gradins, relocaliser la régie, changer les sièges, corriger l’accès aux personnes à mobilité réduite, changer le mobilier du foyer, etc.

C’est l’occasion également de s’attaquer aux lacunes du bâtiment quant à sa fonction. Le Théâtre du Bic jouit d’une grande renommée, mais cela, il le doit, à la qualité de l’équipe. La bâtisse, elle, est renommée pour son charme, son acoustique, la qualité du rapport scène/salle et son environnement bucolique. Toutefois, chaque concepteur ou compagnie invitée sait que la salle imposera des contraintes techniques et chaque spectateur sait qu’il sera quelque peu inconfortable.

Interventions projetées

Nous ne sommes pas ici dans le domaine de réparations mineures, cela a été fait au cours des ans. Il faut parler d’agrandissement, de réaménagement et de correction des lacunes initiales.

Les interventions se feront sur deux plans. Dans un premier temps, il est question de réaménagement, réparations et corrections. Il est urgent d’intervenir sur les problèmes reliés au vieillissement de la bâtisse. Dans un deuxième temps, c’est l’occasion ou jamais de s’attaquer aux lacunes structurelles et fonctionnelles. Pour ce faire, il faudra inventer des espaces et la solution passe forcément par un agrandissement. Les coulisses sont minimalistes et il n’y a pas de dégagement. Le Théâtre du Bic est probablement le seul théâtre professionnel à ne pas bénéficier d’une salle de répétitions. De plus, la loge est trop petite et il y a un problème d’équipements sanitaires. Dans la salle mécanique, les équipements sont empilés et envahissent jusqu’à la réserve du bar. Situation à la limite de la sécurité. La billetterie est inadaptée, nous n’avons pas de vestiaire, les fauteuils sont désuets, la pente inadéquate et la salle, étant mal isolée, est froide l’hiver et étouffante l’été. Finalement, l’espace réservé à l’administration est largement insuffisant. Présentement, trois employés cohabitent dans un espace restreint, une quatrième occupe ce qui devait être le vestiaire et les autres, dont le Directeur général, s’accommodent en s’inventant des espaces bureau dans le foyer!

L’agrandissement nous permettra de doter la scène d’un dégagement adéquat, d’avoir une salle de répétitions qui servira de studio, d’améliorer et de rendre conforme l’accès aux personnes à mobilité réduite, d’installer un système de climatisation, doter l’équipe d’espaces de travail, d’installer une billetterie pratique, d’installer un vestiaire, d’agrandir la loge et la munir de salles de toilettes adéquates, d’améliorer l’entrée du public et de régler le problème d’entreposage des décors. À cela, s’ajoutent des dépenses en achat de mobilier de bureau, de mobilier neuf pour le foyer, d’équipements techniques pour le studio, de mobilier extérieur en plus de l’installation d’une œuvre dans le cadre d’une intégration architecturale.

L’analyste averti constatera sans problème que ce projet est à la fois sobre et réaliste. C’est non seulement une habitude au Théâtre les gens d’en bas, c’est une rigueur, une expression de notre sens des responsabilités et de notre conscience sociale.


[7 octobre 2014]

Les gens d'en bas au Périscope

Après avoir passé l’été avec nous, l’équipe d’Effets secondaires est à Québec et se prépare pour leur première demain !

Auteure : Lucy Prebble | Mise en scène : Michel Nadeau | Assistante à la mise en scène : Amélie Bergeron | Décor et costumes : Jean-François Labbé | Vidéo : Lionel Arnould | Lumières : André Rioux | Musique et environnement sonore : Sébastien Thériault | Direction artistique : Michel Nadeau et Eudore Belzile | Traduction : Maxime Allen | Production : Théâtre Les gens d'en bas et Théâtre Niveau Parking | Distribution : Véronika Makdissi-Warren, Sylvie De Morais, Jean-Sébastien Ouellette et Etienne Pilon

Au cours d'une étude clinique testant les effets d'un nouvel antidépresseur, Constance et Tristan, deux participants, développent une attirance l'un envers l'autre. Puis viennent les rêves étranges, l'emballement de leur libido, une envahissante sensation de fébrilité, des pensées sexuelles violentes... Entre la responsable de l'étude et son supérieur, le débat fait rage : cette attirance a-t-elle été causée par le médicament? Ou bien ces symptômes sont-ils des effets de l'amour naissant?

Toujours soucieux de faire découvrir des talents méconnus du théâtre contemporain, le Théâtre Niveau Parking propose, avec Effets secondaires, le texte primé de la jeune auteure anglaise Lucy Prebble. En cette époque où toute sensation désagréable est vue comme une maladie à traiter, les questions qu’il pose sont d’une pertinence dérangeante : notre pensée, nos sentiments et nos comportements ne sont-ils que les effets des molécules chimiques circulant dans notre cerveau? Avons-nous un libre arbitre ou sommes-nous menés par notre chimie cérébrale ? Existe-t-il une frontière entre la psychologie et la biologie ? Et, surtout, connaît-on suffisamment le fonctionnement du cerveau pour prétendre le « guérir » ?

Pour plus d'informations cliquez ici Effets secondaires


[12 septembre 2014]

Un Kabaret-Théâtre inspiré des Kino-Kabaret dans le cadre des Journées de la culture!

Le samedi 27 septembre, l'équipe du Théâtre du Bic / Théâtre les gens d'en bas vous invite à venir participer à un Kabaret-théâtre inspiré des Kino-Kabaret.

Cette activité se veut une rencontre de création à l’intérieur d’un temps limité. Nous vous proposons de recréer une scène du répertoire théâtral sous la supervision d’Eudore Belzile.

En équipe, vous serez amenés à vous initier à la mise en scène et au rôle de comédien. Vous aurez accès à notre costumier pour mettre en place votre vision de la scène que nous vous proposerons. La journée se terminera par la présentation des scènes travaillées pour qu’on constate l’impact de la vision de chacun sur la même scène. Apportez votre lunch!

Horaire de la journée

10h à 12h – On fournit une scène pour que les équipes se mettent au travail dès le début de la journée. Les équipes prennent le temps de lire la scène, de répartir les rôles dans l’équipe et d’échanger les idées. L’avant-midi est consacré à l’élaboration de leur scène sur papier.

12h à 13h (Dîner) – Nous vous suggérons fortement d’apporter votre lunch.

13h à 15h – On se met dans l’action. On pratique, les personnes en charge des costumes/accessoires pourront avoir accès au costumier et aux accessoires que nous avons sur place et la personne à la mise en scène reste avec les comédiens pour placer l’action et les intonations.

15h à 16h – Les équipes devront mettre tous les morceaux de leur création ensemble, c’est le test de la réalité que l’on nomme enchainement. On constate ce que la scène donne une fois les costumes et les accessoires intégrés au jeu des comédiens et de la mise en scène.

16h à 17h – Présentation des scènes devant le public à l’Agora du Théâtre du Bic, si le temps le veut! Sinon, on se dirige à l’intérieur vers notre salle de spectacle.

Cette activité est GRATUITE, mais vous devez vous inscrire par téléphone au 418-736-4141 (poste 3) ou par courriel au info@theatredubic.com

Au plaisir de fêter la culture et le théâtre avec vous!


[9 juillet 2014]

Des visites guidées de l'église du Bic!

En marge du spectacle Sur la route de David, présenté du 13 juillet au 19 août à la Sacristie de l’église du Bic, le Théâtre les gens d’en bas et la Fabrique Sainte-Cécile du Bic vous proposent des visites guidées de ce lieu exceptionnel. D’une durée d’environ 45 minutes, cette visite vous permettra d’en apprendre sur les étapes de construction de l'église, ses principaux éléments d'architecture et certaines des œuvres d'art qui l'ornent.

Dès le 14 juillet, les jours de représentation, soit du dimanche au mardi, des départs auront lieu de la sacristie à 13h30 et 15h. Si vous préférez une visite libre, les portes de l'église seront ouverte de 13h30 à 16h ces mêmes journées. L'activité est offerte gratuitement, mais vos contributions volontaires seront les bienvenues, au profit de la Fabrique.

Profitez de l’occasion pour découvrir ce joyau d’architecture religieuse.


[10 juin 2014]

Un programme double cet été!

Pour la première fois depuis 20 ans, le Théâtre les gens d’en bas propose à son public un programme estival double! D’abord, dès le 3 juillet, voyez Effets secondaires, de Lucy Prebble, sur la scène du Théâtre du Bic. Puis, dès le 13 juillet, voyez ou revoyez Sur la route de David, de et avec Sébastien Thériault, à la sacristie de l’église du Bic. Une programmation des plus variées pour un été culturel exceptionnel!

Profitez de notre tarif spécial de 50$ pour assister aux deux spectacles!

[10 juin 2014]

Déjà 25 ans pour le Théâtre du Bic!

Il y a 25 ans cette année se réalisait le projet fou du Théâtre du Bic : déménager la grange dans laquelle les Gens d’en bas avaient élu domicile l’été, la rénover et en faire un théâtre occupé à l’année. Grâce au travail de quelques passionnés, à une association avec la Municipalité du Bic et à la participation du ministère des Affaires culturelles, le Théâtre du Bic voyait le jour à l’été 1989.

C’est avec la même passion que nous vous offrons encore aujourd’hui le meilleur du théâtre et de la danse contemporaine. Et parce que nous sommes conscients de notre chance de bénéficier d’un lieu aussi exceptionnel, nous continuons à en faire profiter le public, les artistes d’ici et d’ailleurs et notre communauté.

En savoir plus →